Robin du Rock

15 Michel Robin dans Fraggle Rock - épisode 1, Il était une fois, le 16 oct. 1983 - copie d'écran

Michel Robin est mort. J’imagine que beaucoup ne le connaissaient pas. Moi-même, d’ailleurs, c’est avec sa mort que j’apprends enfin le prénom et le nom de cette figure que je connais depuis près de quarante ans ! Je dis figure, non acteur. C’est l’acteur qu’on célèbre, dans les médias. Mais pour moi, Michel Robin, c’est Fraggle Rock.

C’est ce papi, il y a une quarantaine d’années, qui bricole je ne sais quoi dans son atelier, avec son chien Croquette, et des petits bonhommes sautillants, des marionnettes sorties du fond de l’atelier, du fond de la roche, les Fraggles. Je ne sais rien de plus. Je n’ai pas le souvenir d’un épisode en particulier. Et je suis incapable de décrire l’atelier et le monde souterrain des Fraggles. Wikipédia vous en apprendra plus, sur des bonhommes bien plus petits et d’autres bien plus grands. Mais moi, ce qui reste, c’est ce papi bricoleur, inventif, chauve déjà, la cinquantaine bien avancée, un peu comme papi Omer, toujours avec son chien auquel il parle, un peu seul donc, un peu ailleurs, avec ces bonhommes zinzins sortis du fond de son atelier comme du fond de son esprit imaginatif, enfantin. Mais s’agissait-il du personnage que jouait Michel Robin, lui qui disait, dans son dernier entretien pour le magazine Générations du 4 mai 2020 : « J’assume mon âge, même si je ne réalise pas que j’aurai 90 ans. J’ai toujours 5 ans d’âge mental. Je préférerais avoir 50 ans, mais j’aime être vivant. Je continue de rêver, d’écouter de la musique. » Et sa voix, un peu gutturale (quelque chose de Fernandel), que je reconnaissais tout de suite dès que je l’entendais dans les films.

Dans le premier épisode de Fraggle Rock, les premières répliques avec le chien, en entrant dans le nouvel atelier : « Ah… je crois que c’est là que nous serons le mieux Croquette ! – Ah c’est un vrai petit paradis. – Mais si ! mais si mon vieux ! C’est juste une question d’éclairage. » Et, tandis qu’en éternuant le chien fait voler la poussière : « Ah ! Bonjour les miasmes ! »

  1. Peut-être, oui, un peu de nostalgie – comme chaque fois que je repense à cette enfance enfouie, et ses personnages eux aussi souterrains. Mais pas au point de regarder entièrement ce premier épisode de Fraggle Rock qu’on retrouve facilement sur Youtube.
  2. Et quand il dit ça : « Bonjour les miasmes ! », c’est en fixant la caméra, et sur un ton plus affirmatif qu’exclamatif, comme s’il adressait le bonjour à quelqu’un. Mais ce quelqu’un, c’est moi !

Laisser un commentaire

Mots pour maux |
Loveetc |
Krogsgaard24barton |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Croissants de livres
| Arts littéraires de W&W
| Pintdress8