What’s up, Doc ?

20 KLEE Paul - Portrait d'un équilibriste - 1927

     

n1 sini1 = n2 sini2

C’est la loi de Descartes sur la réfraction. Mon fils s’y exerce en ce matin. Il devrait être au lycée, mais c’est sa semaine de confinement. Il s’est installé à la table de la salle à manger pour travailler. Il relève souvent la tête et regarde dehors, par la baie vitrée. Je me demande si le jardin est devenu la scène sur laquelle faire courir sa réflexion, ses chiffres, ou les oublier, dans ce qui reste des feuilles dorées, rouillées, prêtes à tomber. Et si ce n’est pas ça, au fond, que j’ai le mieux réussi durant ces années d’étude passées dans la chambre, à l’étage, un livre en main ou le nez sur l’écran. Ça : relever la tête, regarder par la fenêtre, une lucarne alors, qui donnait pour moitié sur une haie, un mur, un toit, un feuillage, et pour autre moitié sur un vaste champ, voir le temps qu’il fait, le soleil écrasant, la pluie qui tombe, la neige trop rare, le vent, les rafales comme aujourd’hui, et l’idée qu’on ne comprend pas, l’expression qui ne vient pas, le mot sur le bout de la langue, le pourquoi, le comment, le pataquès, les patati et blablabla, et voir ailleurs si j’y suis.

  1. Imagine-t-on ce que coûte ce paragraphe pour commencer un récit de vie ? même dans la perspective restreinte du temps où l’on s’est imaginé chercheur ? Depuis le 12 octobre dernier, ce message de l’université. Ce message, une invitation aux docteurs à parler de leur expérience de recherche. Ce message tourné vers l’expérience du récit. Ce message qui est resté là, plus d’un mois. Ce message qu’on aurait dû supprimer. Ce message marqué comme non lu, qui se signalait en ouvrant la messagerie. Ce message avec lequel il y avait toujours au moins un message à lire. Ce message qu’on ne relisait pas. Ce message marqué, comme en souffrance, qui demandait par où commencer. Ce message, auquel on n’aurait pas dû répondre. Ce message grâce auquel on nous a répondu. Ce message, et le contact c’était moins pour des renseignements que pour une autorisation. Ce message, pour s’autoriser à commencer. Ce message qui ne disait pas par où. Ce message, c’est depuis que ça part dans tous les sens. Ce message, par où ça commence. Ce message qu’on ne lira plus. Ce message qu’on supprimera. Ce message qui n’en finit pas.
  2. La note précédente, pour faire sauter la tension que génère l’idée, et la pratique, du récit.
  3. J’allais aussi écrire, à la suite du paragraphe : la machine à lancer, les courses à faire, la vaisselle oubliée, le linge à étendre, un peu de ménage, et le petit qui va naître, le petit à la crèche, le petit à l’école, etc. – en pensant à la casuistique de l’Égoïsme dont parle Barthes, au sujet de la capacité de l’écrivain, disons, à faire son trou, chez lui, pour pouvoir écrire –, mais quelque chose me retient, parce que ce n’est peut-être pas le lieu, ou pas le moment.
  4. Récit de docteur, de thésard – parmi les associations d’idées qui m’ont traversé l’esprit, voici les deux plus étranges : le « Quoi de neuf, Docteur ? » de Bugs Bunny, et le « Mais taises-tu, taises-tu donc ! » de feu mamie Dada.
  5. Au fond, je ne comprends pas l’appel à contribution de l’université. On veut donner la parole aux docteurs, afin de « contribuer à la réflexion sur la place de la recherche mise à mal dans la société française, à partir de récits individuels d’expériences concrètes ». J’imagine que les récits attendus devraient démontrer la variété et la richesse de ces expériences, et que leurs auteurs seront nombreux à travailler hors du champ de l’institution universitaire. Or, l’appel-à-contribution – et cette formule, aussi courante dans monde académique que l’appel-d’offres dans le monde économique, semble symptomatique –, avec sa publication programmée, dans une revue qui devra certainement faire des choix, comme cela arrive après un colloque – mettant en concurrence les auteurs chercheurs –, avec son impératif catégorique : que le récit de vie, dont la forme reste libre, s’articule « à une présentation du sujet de thèse et/ou du processus de la recherche  qui soit compréhensible par des non-spécialistes, et à une réflexion sur la nature de la formation reçue pendant les années de thèse » – réduisant les chances, et peut-être les formes, de vie du récit –, avec son délai relativement court, certainement insuffisant si le docteur est redevenu un non-spécialiste, peut-être même n’a-t-il plus rien écrit depuis la thèse – le cœur brisé ayant lui aussi ses raisons inconnues –, l’appel, donc, n’est-il pas sourd à son beau projet : « esquisser une autre représentation… fondée sur une perception singulière… » ?
  6. À moins que ce ne soit moi, le sourd.

20 Warner Bros. - That's all folks

Laisser un commentaire

Mots pour maux |
Loveetc |
Krogsgaard24barton |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Croissants de livres
| Arts littéraires de W&W
| Pintdress8