Le vieux petit bouquin – sur l’écriture 3

26 François Bon - l’odeur de la terre humide après la pluie – petrichor - copie d'écran

et puis ensuite il y a ce moment où, tu vois s’amorcer la prise d’écriture – alors bien sûr on a des tas de techniques, c’est ce qu’on fait après en accompagnement sur, développer un travail, c’est prendre ce qui a surgi et puis, l’extirper, l’étirer, le nourrir de toutes les dimensions, toute la radicalité que ça – ça peut prendre – mais, je me dis, « moi tu vois, les ateliers, c’est ça que ça m’a appris » – savoir mieux, à l’intérieur de moi, comment tu te prépares, pour le moment où tu te balances, parce que ce moment où tu te balances, il n’est pas réversible, il est pas correctible, et c’est bien ça aussi qui m’amène à – à l’exercice de l’improvisation – et puis après, je lui dis, « il y a quand même aussi tout le socle, tu comprends ? » – moi je peux nommer, je peux nommer ce que je vois, mais la complexité du monde, elle est bien au-delà, elle est faite de tas de strates, de tas d’éclatements – donc si on multiplie les points d’énonciation, eh bien dans cette réalité qui se dissout, qui se délite, qui est violente et – qui est souvent malsaine – la multiplicité de nos points d’énonciation parce qu’ils ont confiance dans le langage, et qu’ils installent cette autoréflexivité du langage, on sera plus fort et ça voudra dire quelque chose – notre vieux petit bouquin

  1. Extrait de l’édito de François Bon du samedi 5 décembre 2020, sur Youtube, l’odeur de la terre humide après la pluie – petrichor.
  2. J’abandonne les guillemets, on a bien compris qui parle. Mieux vaut les réserver au dialogue rapporté.
  3. Et justement, après la petite réponse à l’étudiant, qui parle ? Qui est ce moi qui s’avance, soudain ? Qui est ce moi qui était peut-être déjà intervenu, en réponse pour soi-même ? C’est la voix de départ, qui a introduit sa réplique ? C’est la voix de la réplique, la voix du souvenir ? Ou c’est une autre voix ? Une nouvelle ? La voix de qui improvise ? La voix de qui répond aussi à l’étudiant, à contretemps ? Ou la voix pour se répondre à soi-même, encore ?
  4. La voix qui voit en moi, qui regarde la vidéo, ce que j’étudie à l’improviste ? La voix qui m’étudie ? La voix qui m’improvise ? Ma voix qui s’étudie, s’improvise ? Et pourquoi pas ma vie ?
  5. On a vraiment compris qui parlait ?

Laisser un commentaire

Mots pour maux |
Loveetc |
Krogsgaard24barton |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Croissants de livres
| Arts littéraires de W&W
| Pintdress8