Induction_6b.8 (cycle Prendre – le temps – 6b)

92 James O'Brien - intrication quantique, GIF créé pour Quanta Magazine - 12 mai 2017

De temps en temps, ce serait fini, et donc tout commencerait. Même dans le temps de préparation, le temps de se chauffer, avant de commencer, tout serait déjà joué. {Tout fossilisé. Tout glace, tout crevasse}, et on choisirait pas entre le nom et le verbe. C’est là qu’on chauffe le plus. La montagne de mots dont on accouche, toute pathétique qu’elle semble, à l’échelle d’où elle tombe elle serait pas aussi du genre quantique ? Comme les futurs ordinateurs, qui écriront peut-être sans que j’aie besoin de taper tant ils seront télépathétiques, quand un vaudra zéro ? {plus fort que les nombres imaginaires ?} Quand tout et rien ne se départiront plus ? {plus fort que la métonymie ?} quand l’image correspondra vraiment au mot et inversement ? {plus fort que la métaphore et le PiP ?} Que même sans fin, les tiroirs de la maison ou de l’appartement resteront des tiroirs, mais des tiroirs en mode stéréo, spéléo, avec caverne de résonance, vide, et sans fond bien sûr comme chez Platon. Enfin ça je sais pas, c’est juste une idée, ou la magie des quantas. Bref ! qu’il ira aussi chercher des chiffres dedans. Des vieux chiffres, qui sont des vieux objets, qui sont des souvenirs, qui sont des paysages et des visages. Plus réels que les faits passés, qui seront actualisés. De plus en plus avec le temps. Des mots comme des images, et pas que comme. En fusion, débordant de la caldeira, virevoltant autour du gouffre comme de la neige. Autour de tous les tiroirs, du nord au sud, en passant par toutes les directions de la rose des vents et des riens. Bureau dématérialisé, toujours bien campé sur ses pieds et ses mains sur le clavier bien tempéré, quand le ciel est chargé. Il pleuvra des chiffres, pas impersonnels du tout. Des chiffres comme ça, pour rien. Et ça voudra tout dire. Tout, en quelques mots, pour quelques images. Des faits très actuels tirés du passé. Des visages, des paysages, des vieux souvenirs aspirés par de vieux objets. Quand la lumière fond dans un trou noir. Quand les chiffres c’est 1 et 0. 1 pour 0. Un = zéro valant 1 égale 0. Match nul, temps mort. — Des chiffres. De un à… l’éternité. Mais il ira pas jusque-là. Une poignée d’abord. Quelques grains. Bien ronds et bien vides. Juste quelques grains de poussière, juste quelques particules jetées sur une page blanche du carnet du tiroir central, de midi. Comme ça, en {alea jacta est — et ave César}. Et les particules rouleront. Elles rouleront sur ses yeux, qui rouleront sur la page. Ça fera des billes bien rondes, bien creuses. Des crevasses. Il aura l’air gelé. Il avait qu’à garder son casque. Et les billes rouleront, s’entrechoqueront. Ça fera des étincelles. Ça grésillera, ça crépitera, ça sentira le chaud. Et ça pétera un bon coup, {à grands coups d’hache sur le casque}. Et alors plus rien. Fini.

92 Étienne Klein à l'USI - De la physique quantique au Quantum Computing, copie d’écran – 12 juillet 2018

Laisser un commentaire

Mots pour maux |
Loveetc |
Krogsgaard24barton |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Croissants de livres
| Arts littéraires de W&W
| Pintdress8