La cour 6 (cycle Prendre – le temps – 8)

109 Derrière le mur, la cour de la structure - photomontage (copies d'écran de Google Maps en street view) - 2021

  1. La cour de la structure, le matin quand j’arrive en voiture, de la voiture au fond de la cour jusqu’à la porte d’entrée, le matin mais pas le soir parce qu’il n’y a plus personne, le matin parce que j’arrive le dernier ou presque, parce que tout le monde est garé, parce que je suis en retard, parce qu’il n’y a plus de place presque, parce que je me retrouve au fond de la cour, parce que je dois la traverser, parce qu’il y a du monde qui attend, parce que je la connais bien la cour, parce qu’elle n’a pas beaucoup changé, parce que le monde change régulièrement, parce que je les sonnais un temps et parce que je ne m’en souviens plus ou presque, parce que j’ai déjà écrit sur cette traversée de la cour je crois, parce que je me demande ce qui en ressortira cette fois, parce que je ne me souviens pas de la première fois, parce que je n’écris donc pas pour me souvenir, parce que j’écris pour traverser et retraverser la cour alors, ou presque ?
  2. Pour préparer le terrain, quelques photos prises l’autre soir avant de rentrer.
  3. Pour la forme, je ne sais pas pourquoi les Œuvres d’Édouard Levé m’attirent plus que Par les champs et par les grèves de Flaubert, alors qu’elles ne semblent pas devoir se prêter à l’exercice de la description. Mais s’agira-t-il vraiment d’une description ? et si oui, de quoi en réalité ? — Je crois que c’est le fragment et, à l’intérieur, la perspective d’une action, projection, simulation. Que chaque plan décrit soit une traversée du plan même, une plongée dedans (éclaboussures comprises ?). Comme si, spectateur du film des frères Lumière, on se jetait sur l’écran pour prendre le train de La Ciotat en marche.
  4. Il s’agit donc : « d’effectuer un saut vers ou dans ce qui pousse un voyageur à écrire ; […] une sorte de saut mental dans la surprise du voyageur […], et conditionner l’appel à l’écriture depuis cette seule pratique du voyage ; […] de s’en remettre au plus concret, quitte à l’envisager depuis le plus minuscule ; […] et savoir se dépouiller de nous-même écrivant pour rejoindre cette surprise du voyageur (étonnants voyageurs…), provoquant l’appel aux notes, au langage écrit ».
  5. Il y a les photos pour le lieu aujourd’hui — dont la trappe — et Google Earth et Géoportail, voire Remonter le temps, pour les changements du lieu, le dépaysement insensible et inexorable.
  6. La traversée à pied de la cour, c’est une cinquantaine de mètres ; et le matin, il y a du monde et de l’activité : c’est beaucoup trop pour une description au minuscule ; à moins d’en faire tout un roman. — Ça tombe bien alors ?
  7. Pour l’instant, ma démarche descriptive ne change pas. Mais je reste persuadé que, de façon rétroactive — avec un temps mort dans la marche du récit, qui n’est pas celui de l’écriture —, je peux reprendre l’ensemble et le restructurer, ou déstructurer, en fragments selon les détails décrits avec plus ou moins de précision et, en m’inspirant des Œuvres de Levé — de façon inverse —, reconfigurer les fragments descriptifs de façon à gagner non pas nécessairement en précision, mais en surprise justement, comme si ce que j’avais pu voir, entendre, sentir, etc., avait été pensé, conçu, structuré, telle une œuvre dont un auteur n’a pas vraiment eu l’idée, mais qu’il a malgré tout réalisée.
  8. De l’écho, entre les visages en affiche et les gens croisés. Lesquels les plus humains ?
  9. La référence à Levé me semble surtout utile pour le moment où la description, avec des gens qu’elle va devoir transformer en personnages ou en animaux (voire en éléments de paysage ?), atteint le point de rupture qui peut la faire basculer du côté de la narration. — Tiens, un personnage, même au milieu du désert, peut-il faire surgir un paysage urbain comme s’il en était une métonymie ?
  10. Pas sûr que je mette vraiment en pratique.
  11. Pour le passage dans la remise, je me suis appuyé — avouons-le franchement, je me suis plagié — sur un texte écrit pour Artfèvre not my idea, avec pour ligne directrice « pour plus de simplicité, j’ai tout mis dans le titre ». Dans ce cadre, c’est la marque Motul qui est mise en avant, photo à l’appui.
  12. Pour un travail en images, je me suis aperçu que, pour Google Maps en street view, la Google Car est passé dans l’allée des logements de fonction des pompiers. Elle a ainsi longé le mur derrière lequel se trouve la cour de la structure qu’on aperçoit assez bien du fait de la hauteur de la caméra sur le toit du véhicule et de la surélévation du sol. De flèche en flèche sur l’écran, on peut ainsi traverser la cour. De copie d’écran en copie d’écran, on peut aussi la reconstituer dans toute sa longueur, et plus encore, dans un style relativement cubique puisqu’on voit les mêmes éléments sous des angles différents, décalés — un peu à la manière de David Hockney qui reconstituait une image en superposant, à peu près, plusieurs photos qui sont autant de prises différentes de ce qui a été photographié, et tant pis si l’image finale semble déstructurée, par exemple la partie de Scrabble avec sa mère —, avec pour ligne directrice le mur.
  13. Les lieux annexes à la cour, que je traverse par procuration, c’est d’un seul trait, dans la cour des souvenirs, du temps qui a passé.

Laisser un commentaire

Mots pour maux |
Loveetc |
Krogsgaard24barton |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Croissants de livres
| Arts littéraires de W&W
| Pintdress8