Feu de fleurs

126 Chandelles de magnolia - photo perso - 2021On dirait qu’un jour le monde prendrait feu, et qu’à chaque flamme une fleur s’épanouisse. — Tu voudrais qu’un jour le monde soit en fleurs, qu’à chaque pétale le feu nous abrutisse. — J’irais une fois…

Oui, bon. Une fois, deux fois, et mille et une fois. C’est joli, c’est mignon. Le feu, les fleurs, c’est facile aussi, non ? Un peu trop, non ? Les fleurs de magnolia pointaient, s’ouvraient. Vraiment, du plus bel effet ces chandelles, soudain, dans un tout petit parc, entre quatre murs presque. Mais sans le réseau des branches, en gris de vert, rien. Rien sans leurs ombres fondues dans la masse des feuilles de je ne sais plus quel arbre derrière, qui nous cachait les murs, le monde en somme. Pas de lumière sans obscurité. Pas de monde sans opacité. Et pas de monde hors de portée de la lumière, non ? Je veux dire, comme dans l’histoire de celui qui cherche, la nuit, une fleur près du feu pour mieux y voir alors qu’il sait que la fleur se trouve là-bas, dans le noir. Le noir de tes cheveux.

Laisser un commentaire

Mots pour maux |
Loveetc |
Krogsgaard24barton |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Croissants de livres
| Arts littéraires de W&W
| Pintdress8