Adresses de travail 1/4 (cycle Baudelaire – 5)

158 Boulevard du Temple - Google Earth (copie d'écran) – 2021 (à deux pas de la rue Albert Thomas)

Le 15/04/2021, à l’APP, structure associative de Barbezieux-Saint-Hilaire, j’ai proposé au groupe un exercice d’écriture, directement issu du site Tiers Livre, sur lequel je travaillais moi-même. Je ne réalise jamais ce genre de croisement, mais pour pouvoir progresser dans mon travail c’était a priori la seule solution. Dans le cadre du bicentenaire de Charles Baudelaire, il s’agissait de choisir une des nombreuses adresses parisiennes, surtout, où l’écrivain a vécu, de la retrouver à l’aide du net, et de prendre quelques notes sur ce qui attire l’attention dans ce qu’on peut en lire (comme l’histoire d’une rue disparue dont la forme et le nom ont changé) et en voir (de notre puissant Google Maps au plan de Truschet et Hoyau de 1553). Ce qu’on va lire ici correspond au travail, vraisemblablement inachevé mais avancé, que je réalise. Au préalable, on aurait pu comparer le Paris d’aujourd’hui avec le Paris d’avant les travaux du baron Haussmann dans lequel a vécu Baudelaire, mais je n’y ai pas pensé. Pour rappel ou découverte, la séance aura simplement débuté par la lecture de quelques textes de Baudelaire : L’Étranger, À une passante, L’Invitation au voyage, Enivrez-vous.

 158 Boulevard du Temple - Louis Daguerre – 1838 (à deux pas de la rue des Marais-du-Temple)

Sylvette : Les Marais-du-Temple, franch’ment j’comprends pas. Vous voulez qu’on r’trouve la rue, mais moi j’trouve pas. C’est pas possible, elle existe pas la Marais-du-Temple. — Ah, mais ça c’est possible. J’ai prévenu d’ailleurs, que les rues d’y a presque deux siècles c’est pas forcément les mêmes. Alors comment on peut faire ? — Ben… faudrait trouver la rue qui la remplace. — OK, si elle existe. Et comment on fait ? — Attendez j’cherche !                              Alors Sylvette ? — Franch’ment, j’y comprends rien. J’ai bien la rue des Marais, et après ? Vous voulez qu’j’en fasse quoi, elle existe pas non plus ? — Mais si, r’gardez. Elle a été coupée en trois. — Merci j’sais lire ! — Vous m’fâchez ? — Non ! mais c’est trop compliqué vot’ truc. J’voulais une rue, j’en ai deux et une place. Et encore j’compte pas l’boulevard ! Et l’numéro, on en fait quoi ? J’prends les trois ? — Ben… oui.

  1. Retours sur l’analyse de pratique :
    1. Évidemment. — J’ai ouvert le texte avec cet adverbe, mais est-il vraiment utile ? Je crois que non. Sauf qu’à le comprendre littéralement, c’est-à-dire : de façon évidente, d’une manière qui évide : le mot a une autre portée. Resterait alors à mettre ce sens un peu mieux en évidence. — Et tant pis si, à la lettre, évidemment a pour origine latine videre, « voir », alors qu’évident provient de vacuus, « vide ».
    2. On m’a fait remarquer : qu’on ne comprend pas très bien, je veux dire exactement : je sais qu’il s’agit d’une obsession (mais le mot est trop fort), une obligation que le travail (à ce propos j’en ai plus depuis 6 mois… et j’aime assez en entendre parler — finalement je vais mettre un commentaire quand même), mais on ne comprend pas très bien de quoi il retourne, un éclaircissement sur les buts, les conditions ou les raisons de ce briefing/réunion/conférence/entrevue (?), ce serait plus ample dans la réception, mais le « flux » comme dit l’autre — c’est une espèce de mot à la mode —, vraiment ça emporte. J’ai répondu :
      • Grand merci pour cette remarque qui donne à réfléchir. La question du contexte qui en dirait un peu plus, c’est ce qui manque, oui. Et c’est sûrement ça l’appel d’une seconde partie dont je fais part dans les notes. C’est ça qui manque, alors que c’est de ça dont je voulais parler au départ. Mais de quoi j’aurais parlé, alors ? De cette « obligation que le travail ». Or, l’obsession joue à un autre niveau, hors contexte, et je me suis plongé dedans sans plus trop réfléchir au pourquoi du comment de l’analyse de pratique professionnelle. Et pourtant, ça me travaille encore, ça.
      • Pourtant, les conditions me semblent assez fortuites. Ça s’est décidé dans un autre genre de « briefing/réunion/conférence/entrevue » — c’est bien dit ça, tant la pause-café du matin peut parfois largement entamer, dans un temps record, la réunion d’équipe mensuelle qui aura pourtant lieu en fin de journée — ; la direction avait reçu un message de Miss Ferrari, analyste de pratique professionnelle ; des collègues la connaissaient déjà, elle avait une bonne réputation ; Alors on essaie ? ça vous dit ? — Ah, mais moi de toute façon j’en ai besoin. — Et les autres… ? Le but ? Coordination d’équipe, bien-être des salariés, améliorer son savoir-faire et son savoir-être, etc. — que je déteste cette dernière expression ; je ne sais plus qui lui substitue savoir-penser… —, sauver les meubles et les apparences… — je sais, j’ai la dent dure.
      • Mais c’est peut-être un autre genre de contexte que vous attendez ? Le moment juste avant d’y aller par exemple, ou juste après, une voiture pour quatre, aller-retour de la structure jusqu’à la ZAC Plaisance — quel nom quand on y pense ! —, dans cette ancienne maison de cognac rénovée, entre en salle des fêtes et palais des congrès. Le rappel de la directrice, qui n’a pas assisté à la séance — et c’est un vrai point d’interrogation ça : devrait-elle être là ou non ? ; après tout, c’est aussi une salariée, elle fait partie de l’équipe ; surtout avec sa vision horizontale des rôles de chacun dans la structure associative ; mais c’est peut-être une vision plus théorique, symbolique, qu’effective ? —, qu’au prix de la séance mieux vaut ne pas être en retard et en profiter au maximum — ce qui me chagrine d’autant plus que j’aurais préféré, peut-être à tort, faire l’économie coûteuse de ce genre de prestation, amenée à se renouveler plusieurs fois, et obtenir une augmentation du salaire, même symbolique.
      • Bref ! le contexte de l’analyse de pratique est passé à la trappe, alors que je comptais le faire passer dans le tambour de la machine. Disons que dans le cadre de l’obsession comme j’essaie d’en parler, à propos de la parole qu’un professionnel de la parole distribue à tour de rôle, et qui commence à tourner avec de simples présentations, le contexte s’est retrouvé hors-jeu, à la place manquante. De là à dire que, du coup, il devient le centre névralgique de la situation…
      • (Il y a quelques années, on avait déjà fait l’expérience d’une analyse de pratique. Ça avait tourné au règlement de compte entre deux collègues dès la première et unique séance. Je ne m’en souviens pas vraiment.)
      • Quant au flux ou au flow, si ça vous convient, tant mieux. J’avoue que ce n’est pas ce à quoi je fais le plus attention. Je modifie ici ou là, de temps en temps, à l’instinct, dans l’instant de la phrase en cours (quelques lignes plus loin, c’est fini, je ne peux plus, je ne veux plus y revenir). Je fais plutôt attention aux échos, aux images, aux métaphores (dont je me méfie grandement parce que j’ai dû mal à les tenir, à les filer, et parce que j’ai le sentiment de faire faux bond à la réalité), et aux temps.
      • À propos de votre travail, que vous n’avez plus depuis six mois : un départ ? la retraite ? une reconversion ? un soulagement ? un désœuvrement ? — Si je ne me trompe pas, vous êtes sociologue. Alors votre questionnement : à mettre sur le compte de la déformation professionnelle, si la sociologie vit bien de descriptions et analyses de situations/contextes ?
  2. Pour la première fois, la consigne ne semble pas du tout convenir au cadre d’écriture dans lequel je m’inscris : il s’agit d’écrire depuis un des trente-deux domiciles de Baudelaire, à Paris, sur place ou via la Toile. Exit mon lieu de travail provincial, il n’a qu’à mieux se tenir ! — Cela dit, il est déjà arrivé qu’une consigne ne cadre pas et j’avais trouvé une solution.
  3. Étrange : à suivre les liens utiles de f pour mieux comprendre les enjeux de la consigne, je retombe sur un de mes textes, écrit lors d’un atelier d’écriture consacré au lieu avec Perec ; et, ce texte de fin décembre 2016, hors de l’ensemble consacré pleinement au lieu de travail depuis juin 2020, en traite déjà, à propos du Lieu Ressource ! — La boucle serait-elle en train de se boucler ?

Laisser un commentaire

Mots pour maux |
Loveetc |
Krogsgaard24barton |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Croissants de livres
| Arts littéraires de W&W
| Pintdress8