Adresses de travail 3/4 (cycle Baudelaire – 5)

Hammou, visite l’île Saint-Louis en mode street view, et s’y perd. Je lui fais remarquer qu’il peut retrouver le 22 quai de Béthune en revenant sur la vue aérienne, mais il « préfère marcher ». Il manque de vocabulaire pour décrire la porte, confond toujours en- avec on- (quand c’est long ça peut être lent). Je l’aide au mieux, m’appuyant sur la Toile et le Dicobat visuel (je ne connais pas non plus les termes techniques de la construction). L’intéresse mieux les travaux qui ont lieu dans la rue à l’angle de l’immeuble, la rangée de six ou sept tas de barres de fer et de plaques de béton d’un échafaudage qu’on a vraisemblablement démonté vu le ton clair, écru, et même beige, des murs. Et puis, Notre-Dame en grands travaux. Comme un vaisseau en construction, vu du ciel, avec ce drôle de canevas de métal, à la croisée du transept et de la nef, ailleurs toute de voile blanc. Il écrira…

Allez, 25 rue d’Nancy. — Vous embêtez pas y a pas. Ça va pas plus loin que l’vingt et un. — Ah. Vous êtes sûre ? — Ben allez-y, r’gardez sur la page. Vous allez voir une belle rangée de scooters devant une agence de voyages et un salon de beauté. Le vingt et un c’est là, la porte verte entre les deux. — Une belle porte d’ailleurs, on dirait de la dentelle de fer. — Avec le rideau de fer tagué à côté, ça tranche ! — Bon, alors il nous reste plus qu’à aller chez Albert Thomas… — Et y aura rien non plus…                              « Suggérer une modification du lieu suivant : 25 rue Albert Thomas. » En plein dans le carrefour ! Voyons si on s’retourne… Ici le vingt-sept, et d’l’autre côté… Vingt et un. Décidément ! Bon ben… on a qu’à dire que c’est là, juste à l’angle. Au cinq de la rue Beaurepaire. Est-ce qu’elle existait d’abord cette rue, du temps d’Baudelaire… ? Oui ! Et r’gardez, elle est déjà là au moyen-âge, via Bellus Lorus, déjà traduit en 1313 par rue Beaurepaire. Et y a même un vieux plan d’Paris. R’gardez, elle est là. — Oui, enfin, comparé au plan actuel, c’est un dessin d’enfant. Et vu l’sens de la rue Montmartre, on a l’impression que l’nord se trouve à l’ouest…                              Bon, on va laisser le vieux r’paire de côté, on va s’concentrer sur le cinq à l’angle, ça vous va ? — Ben moi, c’est comme vous voulez, mais c’est 25 rue Albert Thomas… Et j’me d’mande si ça aurait mieux collé là, d’l’autre côté d’la place. — La place… au bout de la Beaurepaire ? la République ? — Non la Bonsergent. — Là ? Par-là, le boul’vard Magenta ? — Oui r’gardez, le Happy Phone c’est au vingt-trois. Ça pourrait être juste à côté. — Ben là OK, on s’ra bien au 25. Mais on se r’trouve surtout dans la percée de monsieur l’baron. Baudelaire au Marais-du-Temple, c’était quand ? — 1852. — L’année où les grands travaux commencent, donc aucune chance que ça soit là. Alors qu’au cinq de la Beaurepaire… — Vous m’racontez des fariboles. Parce que vous croyez qu’une rue qui a été coupée en trois morceaux, qui ont chacun leur numérotation, qui ont changé d’noms plusieurs fois, un ancien numéro va tomber pile sur le numéro d’aujourd’hui ? qu’est pas l’même numéro d’ailleurs ? et pas à la même rue ? On sait même pas comment ça marche le sens des numéros. — Ah, mais ça, vous pouvez chercher…

  1. Spleen Road, Ridgway, Pennsylvanie, États-Unis159 Autour de Spleen Road, Ridgway, Pennsylvanie, États-Unis – via Google Maps – copie d’écran, 2021
  2. Et si on faisait le tour du Spleen autour du monde ? Si on inventait Spleen City ?
  3. Sylvette a choisi 25 rue des Marais-du-Temple, Thérésa l’hôtel de Lauzun, Hammou 22 quai de Béthune, Sonia 15 quai d’Anjou, Nathalie 22 rue d’Amsterdam et Patricia 11 boulevard Bonne-Nouvelle. Et maintenant, un fragment pour chacun d’eux, bien que cela ne convienne pas avec l’écriture d’un bloc-paragraphe, ou je saute de l’un à l’autre, comme je l’ai fait au cours de la séance — au plus près du réel donc —, et tant pis si le bloc s’en trouve éclaté ?
  4. Problèmes récurrents : comment retrouver l’adresse ? ; une machine qui rame, on ne peut plus écrire ; trop d’onglets de navigateur ouverts, on ne retrouve plus la page ; se diriger sur Google Maps, utiliser Géoportail ; trop de fichiers ouverts, on ne retrouve ni le texte ni l’image ; comment intégrer l’image dans le texte ? ; la machine qui s’éteint — Vous avez enregistré ? ; ne pas savoir quoi dire, de ce qu’on voit ; comment sortir du plan cadastral ? ; l’adresse n’existe plus ; Il faut faire quoi déjà ?
  5. Spleen City, une ville éclatée, constituée de 44 arrondissements disséminés dans le monde. La recherche sur Google Maps n’a pas été si simple. Google ne dresse pas la liste complète des résultats, mais une liste partielle fonction de la zone géographique dans laquelle s’effectue la recherche. Il a donc fallu changer régulièrement de zone afin d’obtenir des résultats variés, et la liste la plus complète possible. Parfois, l’échelle change quelque peu (d’une inscription généralement à 50 m à une autre valant 100 m). Parfois, l’adresse indiquée n’existe pas (et c’est un point d’interrogation).
  6. Resterait à écrire un Tableau de la géographie du Spleen en décrivant, vus du ciel, les détails qui attirent le regard, et chaque lieu splénétique en mode street view — quand c’est possible : la Spleen Road, par exemple, est inaccessible, on peut seulement la longer par la voie parallèle.160 Spleen Road
  7. Et puis reconstituer la carte imaginaire en associant, plus ou moins dispersées et superposées, les copies d’écran à la manière d’Hockney, comme dans la partie de Scrabble avec sa mère. On verrait apparaître des communautés et des diasporas nouvelles, peut-être des peuplades oubliées de la Grande Garabagne de Michaux. Et alors adieu Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Danemark, États-Unis, Hongrie, Inde, Italie, Japon, Kochersberg, Maroc, Médoc, Pakistan, Portugal, Slovaquie.

Laisser un commentaire

Mots pour maux |
Loveetc |
Krogsgaard24barton |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Croissants de livres
| Arts littéraires de W&W
| Pintdress8