La Tournée

(Un dernier pour la route.)   Qu’est-ce qu’on a à en dire, au fond, de mon métier ? D’être formateur, qu’est-ce qu’on a vraiment à en dire, Jack ? Rien, en fait. Rien. Ou si peu. Formateur… mais il me semble parfois qu’il faudrait dire restaurateur. C’est ça, Jack. Un restaurateur… On a toujours parlé de la […]

Hors structure (hors cycle)

Un jour, échappés de la structure où je travaille, avec mon groupe nous sommes tombés sur une fenêtre aux volets clos anciens, fendus, les lattes de bois grises, des coulées noires, les gonds et les montants métalliques rouillés, bancals. On était rue de l’Hôpital. Comme les volets étaient entrouverts, nous avons jeté, chacun notre tour, […]

Mais dors… (7/7) – codicille (cycle Prendre – le temps – 10)

Dernier texte du cycle d’atelier d’écriture Prendre, avec le Tiers Livre. Mais nouveau texte du cycle d’exploration de mon métier, de ma pratique professionnelle de formateur à travers, ou avec, celle de l’amateur d’écriture. En tout, depuis le cycle Outils du roman et avec celui en hommage à Baudelaire, une quarantaine de textes. Et, pour […]

Mais dors… (6/7) – notes de travail (cycle Prendre – le temps – 10)

3 h 17 « assis dos contre le pied du lit, en appui sur la main gauche, empêcher la glissade sur le côté opposé… » Assis, debout. Aller boire un coup. Pisser un bol. Les pieds nus sur le carrelage. C’est froid. Se r’coucher. En boule dans l’coin du lit. Mais qu’est-ce que t’avales en même temps ? […]

Mais dors… (5/7) – je m’appelle (cycle Prendre – le temps – 10)

Y a toujours un fond d’lumière… et on comprend rien, on y comprend jamais rien, que dalle, rien de rien, comment ça s’fait qu’t’es en plein dans l’axe de cette lumière, en plein dans l’trou d’la serrure, et comment ça s’fait qu’tu t’endors direct tellement t’es crevé, parce que t’étais crevé, raide, mort, « rien ne […]

Mais dors… (4/7) – rêve (cycle Prendre – le temps – 10)

Mais « tu te vautres — tu rêves — bon dieu tu dors — tu rêves — ce n’est qu’un sol ». Mais dors… couché sur le sol de la structure si tu veux, dans la salle du fond, la salle froide, et pas bouger, dans cette salle toujours un peu plus sombre, avec cette espèce de […]

Mais dors… (3/7) – Notre pain quotidien (cycle Prendre – le temps – 10)

Bouger. Bouge-les, frotte-les. Frotter, frapper, tape. Le marteau de l’un sur l’enclume de l’autre. Que ça cogne, que ça chauffe. Que les « déplacements d’air chaud embrassent ton front, une épaule, le haut de la cuisse ». De haut en bas. De la tête aux pieds. Que ça claque, qu’elle pète, la glace. Clac ! Crac ! Big Bang […]

Mais dors… (2/7) – inspir, expir (cycle Prendre – le temps – 10)

Respirer, souffler, ralentir, ralentir le plus possible, ressentir, le flux et le reflux, l’air, l’inspir, l’expir, ça entre et ça sort, ça entre et ça ressort, respiration en suspension, l’air, partout, du bout des doigts des mains au bout des doigts des pieds, lentement, à l’écoute, l’inspir, l’expir, l’air frais, le chaud, le frais, le […]

Mais dors… (1/7) – PLS (cycle Prendre – le temps – 10)

Pas bouger. Couché, pas bouger. Pas bouger. Pas bouger. Mais dors… Bon sang, sans bouger ! Rester couché. Allonger. Étaler. Et pas bouger. Mais dors… Bon sang, « il faudrait, il faut, agripper le socle du lit, remonter sur le coude en tordant l’épaule ». Sur le ventre. Couché, sur le ventre. Mais dors… Pas bouger. Sur le […]

Adresses de travail 4/4 (cycle Baudelaire – 5)

Alors, le sens ? — Vous avez d’la chance. Apparemment, depuis 1805 à Paris, on commence au plus près d’la Seine, ou d’sa source, et côté pair à droite, impair à gauche. Donc le 25 rue des Marais-du-Temple ça pourrait bien être à l’angle. Après, si y avait plus ou moins de numéros à l’époque, on […]

Adresses de travail 3/4 (cycle Baudelaire – 5)

Hammou, visite l’île Saint-Louis en mode street view, et s’y perd. Je lui fais remarquer qu’il peut retrouver le 22 quai de Béthune en revenant sur la vue aérienne, mais il « préfère marcher ». Il manque de vocabulaire pour décrire la porte, confond toujours en- avec on- (quand c’est long ça peut être lent). Je l’aide […]

Adresses de travail 2/4 (cycle Baudelaire – 5)

Thérésa, navigue sur la Toile, prend des notes sur un petit cahier. Elle ne me laisse pas lire avant la fin. Elle n’a pas besoin d’aide pour ses recherches. Sur l’écran, une lourde porte cochère voûtée ; jambages à colonnes engagées supportant un balcon, balustrade en fer forgé ; des chasse-roues, tubes de métal ; deux vantaux bleu […]

Adresses de travail 1/4 (cycle Baudelaire – 5)

Le 15/04/2021, à l’APP, structure associative de Barbezieux-Saint-Hilaire, j’ai proposé au groupe un exercice d’écriture, directement issu du site Tiers Livre, sur lequel je travaillais moi-même. Je ne réalise jamais ce genre de croisement, mais pour pouvoir progresser dans mon travail c’était a priori la seule solution. Dans le cadre du bicentenaire de Charles Baudelaire, […]

Spleen City (cycle Baudelaire – 5)

Où le spleen nous mène via Google Maps.

Analyse de pratique, pratique (cycle Baudelaire – 4)

Obsession ? Alors c’est pour toi, Jack. L’analyse de pratique professionnelle, c’est quoi ? N’est-ce pas ce genre de pratique obsessionnelle, dans les entreprises, permettant de contenir le risque psychosocial, consistant peut-être à maintenir la pression, en faisant oublier, ensemble, voire à faire accepter, ensemble, les conditions de travail, parce qu’elles ne sont peut-être pas si difficiles […]

Analyse de pratique (cycle Baudelaire – 4)

Évidemment, va falloir se mouiller, Jack. Va falloir se jeter à l’eau. Plonger, couler. À pic même. Parce que je sais pas nager. J’ai pas appris avec les mots. Y en a pour qui, c’est incroyable, c’est des bulles. Quand ils parlent ils font des bulles. Moi non, c’est plutôt des sacs de lestes. Bien […]

Pesée de l’emploi 3/3 (cycle Baudelaire – 3)

Le couloir désert. Le couloir sombre. Les bureaux vides. Ici, quelqu’un derrière l’écran. Quelque part, on parle. — L’entrée par-derrière, côté cuisine. Par l’allée sur la gauche de l’entrée principale, devant la salle de réunion close. Avec la vue imprenable, le ciel bleu, la nuit qui va tomber, la gelée blanche annoncée. Digicode 1945 A. […]

Pesée de l’emploi 2/3 (cycle Baudelaire – 3)

Liste des mots qui comptent : bilan, objectifs, résultats, compétences, autonomie, responsabilité, points forts, points faibles, difficulté, qualité, formation et/ou accompagnement, valeur ajoutée, acquisition, développement. — Liste des mots qui cadrent : tenue, réalisation, concret, degré, optimiser, réduire. — Merci M. Bobe. Les masques bleu ciel, un masque blanc. Voix de coton, paroles gazées, filtrées. Mots et […]

Pesée de l’emploi 1/3 (cycle Baudelaire – 3)

Il y aurait la liste de ce que j’apportais avec moi à mon arrivée dans la structure. Il y aurait la liste de ce dont j’avais besoin. Il y aurait la liste de ce qui m’était inutile. Il y aurait la liste de ce qui me manquait, et me manque toujours. Et la liste de […]

Positionnement 0 (cycle Baudelaire – 2)

  Un homme de mon âge, à peine plus grand que moi, la même silhouette maigre. Un tatouage dans le cou. Joues creuses, barbe de quelques jours. Le teint hâlé. Une boucle d’oreille, un petit anneau en argent. Les cheveux très courts, pas vraiment rasés, ou alors ça avait repoussé. Quelques cheveux blancs sur les […]

Insurrection 3/3 (cycle Prendre – le temps – 9 – insurrection)

Merde ! quand t’y penses, même avec le cinquantenaire de mai 68 ils ont repris les affiches d’époque pour ça, ils ont repris, amplifié, déformé le poing levé, le bras en forme d’usine, stylisé, fabriqué à l’arrache, merde ! je l’ai pas gardé ce prospectus de Pasclerc, un vrai livret en fait, des fois comme ça y […]

Insurrection 2/3 (cycle Prendre – le temps – 9 – insurrection)

Et que si tu vas pas au pain c’est lui qui vient à toi, des panneaux lumineux dans les zones commerciales, des grandes affiches dans les rues, les magasins, les petites dans les magazines, les annonces de Radio Voili et Télé Voilou tiens ! même dans le JéT c’est à peine masqué, non mais tu te […]

Insurrection 1/3 (cycle Prendre – le temps – 9 – insurrection)

  Je te le fais pas dire, mais bilan des courses, hein ? le bilan, faut le faire aussi, tu le sais bien, parce qu’au fond, tout ça, au fond tout ce qu’on se balance, d’un côté et de l’autre, en vrac, des noms perdus aux balles d’oiseaux, dans la rue, dans les JéT, de Radio […]

Passerelle 2 (cycle Baudelaire – 1)

Et tout le reste, dans le fond, c’est flou. — Flou, et c’est comme si la photo nous rappelait à l’ordre de ce qu’elle signifie, de ce qu’une photo en soi veut dire : d’un côté son support, le présent, l’instant même, à la tête dure, froide et déjà dégradée ; de l’autre, comme son horizon, vaste […]

Tuilage 6 – (cycle Prendre – le temps – 9)

— Eh, mes chiffres ! Tuiler : « Tuiler une série d’opérations : les enchaîner en commençant la suivante alors que la précédente n’est pas achevée », selon le Grand Robert. Quand ça s’enchaîne, quand ça se chevauche, quand ça empiète, quand c’est mordu. Un début et une fin at the same time. Dans le monde du travail, quand un […]

Tuilage 5 (cycle Prendre – le temps – 9)

Voilà. C’est fini, ça s’en va. Comme moi. Mais passons ! Je disais que t’as pas l’air, mais tu t’éloignes quand t’arrives et que tu t’installes avec les autres. Tu rases le mur, comme une ombre. Et c’est ça le plus dur en fait, rester comme ça, faire l’ombre. Faire l’ombre. Mais comment on fait ? Comment […]

Tuilage 4 (cycle Prendre – le temps – 9)

Et toi tu t’écartes, tu t’éloignes. T’as pas l’air comme ça, parce que toi aussi t’as ouvert ta machine, et CristalJob pour sortir la feuille de présence, les noms, la récupérer à l’imprimante, la faire tourner pour que chacun signe, et distribuer en même temps les livrets que chacun devra remplir, parce qu’on veut savoir […]

Tuilage 3 (cycle Prendre – le temps – 9)

D’ailleurs, ça tombe bien ça, puisque c’est fini, puisque je m’en vais. Et l’humain aussi peut-être ? Parce que, est-ce qu’il s’agit bien de l’humain ? Si c’en était pas ? Si c’était pas ça que j’ai travaillé ? Après tout, ça aussi ça fait peut-être que passer ? Peut-être que ça va, ça vient ? C’est plus fuyant que ça […]

Tuilage 2 (cycle prendre – le temps – 9)

Bref ! maintenant c’est fini. Je m’en vais. Je m’en vais parce que je suis déjà parti. Je m’en vais parce que j’ai jamais su rien faire d’autre en fait, que m’en aller. Je m’en vais pour éviter de me faire trop bouffer. Une belle fuite en avant en somme. Je peux te le dire, tu […]

Tuilage 1 (cycle Prendre – le temps – 9)

La tuile. Je me suis perdu en chemin. L’impératif — parce qu’il s’agit de cela : « ce rôle assumé des instructions directes à un artiste qui n’a pas choisi le langage pour s’exprimer, mais tutoie en permanence le vertige, la chute (elle sera réelle, même si postérieure au texte) » —, qui prend son temps avant d’intervenir, […]

La cour 6 (cycle Prendre – le temps – 8)

La cour de la structure, le matin quand j’arrive en voiture, de la voiture au fond de la cour jusqu’à la porte d’entrée, le matin mais pas le soir parce qu’il n’y a plus personne, le matin parce que j’arrive le dernier ou presque, parce que tout le monde est garé, parce que je suis […]

La cour 5 (cycle Prendre – le temps – 8)

Il y a toujours un peu de monde de part et d’autre de la porte d’entrée. On discute, on se roule une cigarette, on rajuste son bonnet noir, les mains dans les poches, le téléphone à l’oreille, on vapote, un pied sur le range-vélo, le coude sur la pompe à chaleur qui tourne, on entre […]

La cour 4 (cycle Prendre – le temps – 8)

  Au pied des érables couverts de mousse, les feuilles, avec la pluie, ont fini par former une bouillie marron. Il y a des flaques partout. On sautille pour les éviter, mais on s’éclabousse quand même. Salut, ça va ? — Ça va, ça va… Les six ou sept personnes du groupe Amorce s’entassent sur le […]

La cour 3 (cycle Prendre – le temps – 8)

Je suis garé juste à côté, dans un carré de pelouse dégarni. Et juste devant un passage herbeux, entre le petit bâtiment et le dernier préfabriqué de la structure, qui mène à une espèce de remise en appentis, un long couloir de terre battue, sombre, courant entre les plaques de ciment, la face arrière des […]

La cour 2 (cycle Prendre – le temps – 8)

Les trous dans le sol, à l’entrée, ça aussi c’est plutôt récent. Pourtant le revêtement a été refait il y a quelque temps, on a remis du goudron. Ça changeait de l’ancienne allée, ce mélange d’enrobé rongé et de grave censée le soutenir qui occupait toute la cour. Il l’occupe toujours, d’ailleurs. Seule l’entrée a […]

La cour 1 (cycle Prendre – le temps – 8)

Depuis quand c’est une trappe qui le maintient, le portail de la cour ? Une grande trappe avec un trou au milieu. Une trappe qui ressemble à un regard, mais sans trappe. Un regard en ciment contre le portail vert foncé, surmonté d’une grille à mi-hauteur où le petit panneau indicateur, A.P.P 7 bis, en blanc sur […]

Clades sauvages 2 (cycle Prendre – le temps – 7)

De temps en temps, pour un exercice en trois temps, je demande qu’on apporte un petit objet personnel, avant une image et une chanson, afin d’en raconter l’histoire. Une fois, l’objet était plus gros, et on s’est retrouvé dehors sur le parking, devant le coffre ouvert d’une 206 break, grise. Dedans, une sorte de gros […]

Clades sauvages 1 (cycle Prendre – le temps – 7)

Dans la structure où je travaille, il n’y a pas vraiment de place pour l’animal. Sauf, peut-être, cette plante en pot dans la salle informatique, toute en feuilles grasses fripées, qui a du mal à se tenir sur ses tiges. Mais on entend parfois un insecte volant. Une abeille, une guêpe, un bourdon, une grosse […]

Induction_6b.9 (cycle prendre – le temps – 6b)

Et de temps en temps, c’est là que ça se jouera enfin. En fin, le plus pathétique, le plus stérile. Magmatique. Tous ces chocs d’un chiffre à l’autre, eux en marche ordonnée, cap au soleil, et les mots et les images qu’ils valent sans souci ni d’ordre ni de désordre, ou alors un ordre gratuit, […]

Induction_6b.8 (cycle Prendre – le temps – 6b)

De temps en temps, ce serait fini, et donc tout commencerait. Même dans le temps de préparation, le temps de se chauffer, avant de commencer, tout serait déjà joué. {Tout fossilisé. Tout glace, tout crevasse}, et on choisirait pas entre le nom et le verbe. C’est là qu’on chauffe le plus. La montagne de mots […]

Induction_6b.7 (cycle Prendre – le temps – 6b)

De temps en temps, c’est pas lui qui disait que {c’est quand tout est fini qu’on peut enfin commencer} ? Et il parlait alors de l’horizon cosmique. Non, c’est pas ça. C’est pas ces mots, pas cette image. Il parlait de fossile. Un truc dont Ptolémée aurait eu l’intuition, mais il aurait pas eu le temps […]

Induction_6b.6 (cycle Prendre – le temps – 6b)

De temps en temps, ça c’est rien. C’est rien parce que c’est rare. Parce que ça arrive jamais en fait. D’ailleurs c’est à se demander si c’est jamais arrivé ça, s’il a pas rêvé son carnet web ? S’il l’a pas entendue cette voix, comme Jeanne d’Arc ? Ou comme Clément de Fauquemberge aura esquissé le portrait […]

Induction_6b.5 (cycle Prendre – le temps – 6b)

De temps en temps, disons-le tout de suite pour s’en débarrasser, du rien, il y en a en beaucoup. C’est peut-être même ce qui domine dans le paysage. Peut-être aussi sur les visages ? C’est pas l’auteur inconnu de l’{Éloge de rien} qui dirait pas le contraire. — Et parfois c’est si noir le ciel, avec […]

Induction_6b.3 (cycle Prendre – le temps – 6b)

De temps en temps, il recommence. Mais cette fois, on dirait qu’il saute la lecture à voix haute. Puis il fend les notes glacées, bien rondes et bien vides, avec l’hache. En plusieurs morceaux chacune. Puis, il en récupère une poignée et reconstitue une nouvelle note, pas si ronde qu’au naturel quand elle lui tombe […]

Induction_6b.2 (cycle Prendre – le temps – 6b)

De temps en temps, on recommencerait et on dirait qu’il ferait pas beau, d’accord ? On dirait qu’il sort avec son casque et l’hache, qu’il va {chez Régine, François, Pierre, Paul, Jacques et Cie}, qu’il fait des aller-retour, des allers surtout, et qu’il parle avec eux, qu’ils les écoutent surtout, qu’il parle pas en fait, il […]

Induction_6b.1 (cycle Prendre – le temps – 6b)

Codicille préalable : Merci aux curieux qui survoleront. Merci aux courageux qui liront tout. Merci aux analystes du texte, si c’en est un. Merci aux analystes de la chose psy, je crois en avoir besoin. Merci au chien fou, parce que c’est encore histoire de chien. — Pour le reste, les fautes s’il y en a, […]

Nez à Naïs 2 (cycle Prendre – le temps – 6)

— Avec le signal de fermeture imminente, les sacs jetés au sol, le branle-bas des portes, le grognement de la rame qui sursaute, s’ébranle et vire en crissant, c’est à peine si je me suis entendu. Elle s’assoit sur le premier siège libre, les lèvres désarticulées. Je fouille dans son sac de voyage, en sors […]

Nez à Naïs 1 (cycle Prendre – le temps – 6)

Ah zut ! ça coule de l’autre côté maintenant ! La fois où j’ai dû soigner Naïs, son nez qui pissait le sang, le plus près possible, aussi délicatement possible, dans la rame de métro qui s’en balançait et nous avec. J’ai consigné ça dans le petit journal de voyage de formation à Paris (pour la conception […]

Porte-couleurs (cycle Prendre – le temps – 5)

La structure où je travaille porte ses couleurs. Trois. C’est les portes sur l’extérieur qui les représentent. Trois portes. Porte verte, Centre Ressources. Porte bleue, salle info. Porte violette, salle du fond. Et si y avait que les portes ! c’est toute la structure des fenêtres aussi, toute la structure des baies et des impostes aussi. […]

Micro-ondes (cycle Prendre – le temps – 4)

Tchin-tchin. Le micro-ondes ne s’arrête pas vraiment. Il sonne, 3 bips (le dernier est plus long), mais la lumière du four ne s’éteint pas, le plateau continue de tourner, décroche à chaque tour, tac tac, la ventilation ne cesse de chuinter. Il ne s’arrêtera que lorsqu’on ouvrira la porte — lorsqu’on l’arrachera en fait, parce […]

Mots pour maux |
Loveetc |
Krogsgaard24barton |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Croissants de livres
| Arts littéraires de W&W
| Pintdress8